Technologies à membrane

Dans les procédés de séparation solide-liquide, ou de macromolécules de espèces différents, une des technologies qui est en train de s’affirmer toujours plus est ce-la d’utiliser membranes poreuses semi-perméables.

Ces procédés de filtration opèrent en continuation avec consumes énergétiques réduits, ils n’impliquent pas changements de phase, ils ne demande pas l’ajout de substances chimiques et/ou additifs de filtration, ils peuvent être conduits à température ambiante et ils peuvent opérer jusqu’au niveau moléculaire.

Avec la filtration classique le liquide à filtrer traverse la superficie filtrante seulement en direction perpendiculaire (frontale).

Avec la filtration tangentielle (où la superficie filtrante est composée par une membrane permsélective) le liquide à filtrer qui traverse la superficie filtrante a en plus un flux parallèle au-même.

De cette façon on assure en moyenne dans le temps une propreté considérable de la superficie filtrante en empêchant que (sur cette) une couche de matériel obstructif se forme (membrane fouling).

En rapport à la dimension des pores de la membrane permsélective on parle de micro-filtration, ultra-filtration, nano-filtration, osmose inverse.

Les membranes peuvent être sélectionnées selon les exigences de séparation, les plus disparates, en rendant possible soit la récupération du soluté d’intérêt soit la formation d’un effluent à charge organique qui est pratiquement nulle et qu’on peut recycler dans le procédé ou écouler sans autres traitements.